Les 5 meilleures méthodes pour avoir mal au bas du dos

Les 5 meilleures méthodes pour avoir mal au bas du dos

mini_mal-de-dos

Je suis chiropraticienne depuis longtemps, alors j’en ai vu passer des dos douloureux! Les patients ont une multitude de façons, souvent originales, de se faire mal. Mais avec le temps, j’ai pu regrouper leurs explications en 5 catégories:

1. Un accident ou une blessure.

Une chute, un faux mouvement, un accident, un effort pour soulever quelque chose… Le diagnostic est facile à établir, le traitement est simple, les applications de glace diminuent l’inflammation, les étirements diminuent les spasmes musculaires, les ajustements chiropratiques rétablissent la biomécanique et le tour est joué. La prévention est plus simple encore: ne recommencez pas!

2. Une blessure subtile.

Le patient a commencé à avoir mal récemment mais ne se souvient pas d’une cause spécifique. Dans la plupart des cas, en posant des tas de questions et en expliquant la biomécanique impliquée dans ce type de blessure, le patient se souvient d’une blessure mineure survenue quelques jours avant le début des douleurs. Dans bien des cas, c’était si léger qu’il n’avait pas remarqué s’être blessé. Le traitement ressemble essentiellement à celui de la 1ère catégorie. Cependant, la prévention exige de vérifier attentivement les mouvements en cause et des exercices de prévention seront probablement proposés.

3. Une douleur chronique provenant de stress mécanique.

Le poste, le type et les outils de travail sont souvent en cause ici, de même que les habitudes de posture et de sommeil. Alors il faut bien analyser votre poste de travail, consulter un ergonome. Parfois c’est à la maison qu’il faut changer le mobilier, son aménagement ou sa disposition.  Mais même si vous travaillez avec tous les gadgets ergonomiques, même si vous dormez sur le meilleur lit au monde… une mauvaise position de façon chronique finira par vous rattraper! Et ce n’est pas facile à corriger car il faut trouver la mauvaise habitude et la changer. Sinon, tous les traitements du monde ne feront que vous soulager temporairement… jusqu’à ce que vous retourniez vous écraser sur votre divan, le dos tout croche pour regarder le film de fin de soirée!!!

4. Une dégénération des disques ou des articulations.

La plupart du temps, la dégénération des disques et des cartilages de la colonne vertébrale est le résultat de vieilles blessures. Le problème provient d’une biomécanique fautive et se développe lentement et silencieusement pendant des années. La raideur vient avant la douleur, progressivement. Souvent détecté par des radiographies; disques affaissés, hernies discales, ostéophytes, arthrose facétaire, etc..  Pas facile de trouver la cause exacte. Pas facile à traiter parce que les structures sont abimées souvent de façon irréversibles. On essais principalement de vous négocier un terrain d’entente avec votre dos, et les soins réguliers sont souvent requis pour contrôler la situation.

5. Une autre raison plus originale, mais aussi plus sérieuse.

Ces cas sont plus rares et demandent un examen approfondi. On parle ici des douleurs causées par les différentes formes d’arthrite, celles référées par des pierres aux reins et les maladies des organes génitaux ou intestinaux, les métastases, etc. Généralement, pas ce que votre chiropraticienne veut trouver… et pas ce que le patient veut entendre. Votre chiropraticienne saura vous référer au professionnel approprié si malheureusement vous tombez dans cette catégorie.

Le traitement de votre mal de bas du dos dépend évidemment de votre histoire de cas, des résultats de vos examens physiques, neurologiques, orthopédiques et radiologiques et du diagnostic auquel votre chiropraticienne arrivera.

Votre chiropraticienne connait le fonctionnement de la colonne vertébrale sur le bout de ses doigts, elle est la meilleure pour trouver ce qui se passe avec votre dos et trouver une solution durable à vos problèmes. Quelle que soit la méthode que vous avez utilisée pour vous faire mal… consultez la sans tarder!

Dre Marie-Sylvie LeBlanc, chiropraticienne

Le soulagement est au congélateur!

Que ce soit une cheville foulée, un orteil écrasé, un genou tordu, un spasme musculaire ou un tour de rein, la première chose à faire quand on s’est blessé c’est d’appliquer de la GLACE. L’endroit blessé devient rapidement enflé, gorgé de liquide provenant de la rupture des vaisseaux et des cellules. C’est l’accumulation de liquide qui cause la sensation de pression et amplifie la douleur de près de 50% !

La glace, appliquée immédiatement après la blessure, fait contracter les vaisseaux sanguins, réduit l’épanchement de sang et de liquide et diminue les dommages.

Mais il n’est pas nécessaire de déménager dans le congélateur ou dans un igloo!

La glace doit être appliquée à tous les jours, au moins 4 fois par jour pendant 10 à 15 minutes, à partir du moment de la blessure jusqu’à ce que la douleur disparaisse. Votre chiropraticienne préférée vous dirait : « Quand vous commencez à l’oublier… c’est que ça va mieux! »

En plus, la glace anesthésie la zone affectée et diminue la douleur, ce qui vous permet de bouger plus confortablement la zone blessée. Parce que si vous arrêtez de bouger, les muscles vont atrophier, les ligaments vont cicatriser trop court et  les séquelles de votre blessure seront plus importantes. Sachant que les muscles perdent environ 1% de leur force par jour d’inactivité, il est important de garder du mouvement dans la zone blessée, de bouger à l’intérieur de l’amplitude de mouvement qui ne fait pas mal, et d’appliquer encore de la glace après les traitements de votre chiropraticienne, la réhabilitation, les étirements et les exercices de renforcement.

Et la chaleur?

La chaleur apporte relaxation et réconfort, mais pas de soulagement. N’oubliez pas que la température à l’intérieur du corps est déjà entre 36,1° et 37,8°C (96,8° et 100,4°F). Toute la chaleur que vous appliquez sur la peau ne se rend pas en profondeur, là où se situe la douleur. Même les onguents ne font que donner l’impression de réchauffer les muscles, c’est en réalité la peau qui chauffe. Et parfois, ça chauffe tellement que ça brule! On voit souvent des adeptes du coussin chauffant se présenter à la clinique avec des zones de peau brûlée dans le dos, parce qu’ils se sont endormis sur leur coussin électrique.

Si vous tenez vraiment à vous mettre de la chaleur parce que vous ne tolérez pas bien la glace, utilisez la chaleur humide d’une bouillotte, d’une serviette humide réchauffée, ou d’un sac magique. Au moins… vous ne cuirez pas!

Références :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cryothérapie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Température_corporelle_humaine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonte_musculaire